Réforme territoriale : Jeunesse et sport sous l’égide de l’Education nationale

Deux décrets du 9 décembre 2020 organisent le transfert de l’administration de la Jeunesse et des Sports dans les régions et départements vers les académies. Les nouvelles délégations régionales auront des compétences très larges, englobant, entre autres, le sport, le service civique et l’insertion professionnelle des jeunes.

Quel est l’objectif de cette réorganisation ?

Le rapprochement entre la Jeunesse et les Sports et l’Éducation nationale vise à réunir l’ensemble des compétences du ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse en matière de vie associative, de jeunesse, de citoyenneté et d’engagement ainsi que les savoir-faire présents sur les territoires mais dont les compétences étaient jusqu’ici exercées dans deux réseaux distincts, les services académiques (rectorats et directions des services départementaux de l’éducation nationale) d’une part, et le réseau de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale, d’autre part.

Nouvelle hiérarchie

Au niveau régional, sont créées des délégations régionales académiques à la jeunesse, à l’engagement et aux sports (Drajes) sous l’autorité du recteur de région académique. Chaque Drajes aura à sa tête un délégué régional.

Au niveau départemental, sont créés des services dédiés à la jeunesse, à l’engagement et aux sports (SDJES) sous l’autorité hiérarchique du directeur académique des services de l’Éducation nationale (Dasen). Les agents exerçant les missions relatives à la jeunesse et aux sports dans les directions régionales et départementales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS et DDJSCS) sont par conséquent transférés dans les rectorats de région académique et les directions des services départementaux de l’éducation nationale.

Les recteurs de région académique et, par délégation, les recteurs d’académie et les Dasen deviennent les autorités compétentes dans les champs jeunesse, éducation, sports et vie associative… sous réserve des compétences des préfets.

Des compétences élargies

Les compétences de la Drajes portent sur l’animation et la coordination des politiques publiques du sport, de la jeunesse, de la vie associative, de l’engagement civique et de l’éducation populaire. Mais aussi, dans ce champ de compétence, sur les politiques relatives à l’égalité, à la citoyenneté et au développement de l’emploi puisqu’elle contribue à l’insertion sociale et professionnelle des jeunes.

L’action en faveur de la formation consistera également à recenser les besoins en matière de diplômes et certifications, à organiser les jurys et à contrôler et évaluer les organismes de formation. Sur ce point, un objectif a été fixé par la ministre déléguée aux Sports : alléger un domaine marqué par une offre trop abondante et souvent illisible.

Les compétences des services départementaux à la jeunesse, à l’engagement et aux sports reprennent pour l’essentiel la déclinaison départementale des politiques relatives à la jeunesse, aux sports, à la vie associative, à l’engagement civique et à l’éducation populaire.

Le SDJES met en œuvre les politiques relatives au service civique, à la promotion, au développement, à l’organisation, à l’accès et au contrôle des activités physiques et sportives, au développement maîtrisé des sports de nature, à la prévention des incivilités et à la lutte contre la violence dans le sport.

Source : www.education.gouv.fr

Aller au contenu principal